Frédérique DUMAS Landscape – Création de tsuboniwa

Frederique-dumas-landscape

        Ceux qui me connaissent ou qui ont lu mes ouvrages savent déjà que depuis toute petite, la nature me ravit, m’habite, telle une passion vibrante. A l’âge de quatre ans, je passais la majeure partie de ma promenade hebdomadaire dans le magnifique jardin public de la ville que j’habitais alors, à admirer et écouter une minuscule cascade nichée dans la verdure, dont le filet d’eau chantant et scintillant s’écoulait entre de grosses pierres plates. A quinze ans, je passais mon temps libre dans la nature, à rechercher de magnifiques spécimens pour la culture bonsaï. Tout naturellement, des études d’Agronomie sont venues compléter cette passion et m’ont permis d’acquérir de solides bases sur le fonctionnement et le développement des végétaux.

Quelques années plus tard, la découverte, puis la compréhension et l’expérimentation des principes énergétiques, ont mis en lumière ce que j’avais pu ressentir jusqu’alors dans ma relation à la nature. Elles m’ont permis d’appréhender la puissance de leur pouvoir de participation à notre bien-être et de création de l’harmonie en nous-même et autour de nous. La nature est un monde pur, simple où nous pouvons prendre le temps de vivre…

Ces dernières années, je suis partie me former au Japon, auprès de grands professionnels, m’immerger dans toute cette beauté… Et je souhaite bien évidemment, vous en faire profiter.

De ces constats, est né le désir d’offrir un lieu où trouver les moyens de renouer les liens de cette relation originelle avec la nature, source de bonheur et de quiétude intérieure. C’est ainsi que naquit l’Ecole “NIWAKI Inspiration ZEN”, au sein du Jardin “Shizen no sei tei-en”, dispensant des stages de création de niwaki, puis tout naturellement quelques années plus tard, des stages de création de jardins japonais, dans un cadre uniquement technique, mais également et surtout en tant que Voie de réalisation intérieure.

Tout naturellement également, certaines personnes commençèrent à me demander si je créais des jardins et ma passion pour les tsuboniwa, ainsi qu’un sentiment de totale plénitude ressenti à la création et à la réalisation de ces minuscules points de nature ont fait le reste…

Les plus magnifiques jardins, les plus vibrants naissent d’une intention commune entre le propriétaire du jardin et son créateur. Ma vision du jardin japonais, même si elle s’appuie sur des traditions ancestrales, est tout à fait unique, l’expression de mon propre style. Pour moi, l’important entre deux personnes est leur aptitude à pouvoir communiquer. Avec un esprit de paix, de respect… Et pour que ces personnes puissent communiquer, comme il est dit au Japon, l’essentiel est dans leur respiration. Bien évidemment, il convient de comprendre le mot respiration à un second degré. On pourrait ainsi parler “de longueur d’onde similaire”, “d’entente”, “de communion” ou encore “d’être à l’unisson”, qui se traduit poétiquement en japonais par “le coeur qui fond dans l’univers”… Mais au premier degré, chacun doit savoir, physiquement, maîtriser sa respiration, être à l’écoute de son monde intérieur, ce qui a pour effet de lui permettre d’être dans un état disposé d’ouverture d’esprit vers Tout ce qui l’entoure…

Frederique-dumas-landscape

Tout au long de sa très longue histoire, le jardin japonais a évolué selon toute une variété de formes. L’un d’eux, très connu, est le tsuboniwa, qui signifie un jardin clos de différentes manières que l’on peut rencontrer dans une maison ou un temple, formant un tout petit espace séparé du monde extérieur.

Les tsuboniwa doivent leur incomparable beauté à des techniques léguées par les générations successives de paysagistes depuis la période Heian, et à leur volonté constante d’apprendre de la sensibilité esthétique de chaque nouvelle ère. Comme le jardin est créé au sein du bâtiment lui-même, la beauté artisanale des matières premières du bâtiment en contact avec lui sera incontournable. Chaque avant-toit, lambris, shoji, fenêtre, mur, pilier, véranda ouverte et couloir, interagissent de manière complexe avec les constituants du jardin, comme le kutsu nugi ishi (l’énorme pierre où on enlève ses chaussures, placée devant l’engawa ou la véranda), les pas, le bassin, la lanterne de pierre et les plantes soigneusement entretenues, le tout arrangé dans le but de créer un univers exquis en miniature.

Frederique-dumas-landscape

Le tsuboniwa peut se décliner sous différents aspects et formes. Etre réalisé dans l’esprit d’un jardin de thé ou chaniwa, remplir la fonction de jardin d’accueil ou mae niwa, à l’entrée d’une maison ou genkan no niwa, sans relief ou hiraniwa, installé tout en longueur sur un côté ou sokutei, minuscule ou koniwa, un jardin sec ou karesansui, à l’intérieur ou nakaniwa

Mais l’important reste que chaque personne qui a pénétré dans un tsuboniwa au moins une fois dans sa vie se souviendra toujours et encore de l’air humide parfumé de la fragrance des mousses qui flottait dans la pénombre, de la pluie ou du vent, d’une poussière de neige ou des arbres brillants dans la lumière du soleil … Le temps d’un rafraîchissement spirituel, passé dans un petit coin de nature, protégé de la vie trépidante de la ville, en compagnie constante de la poésie des phénomènes naturels. Pas de doute, le tsuboniwa est précisément le type d’espace essentiel à une vie saine et équilibrée, à tous les niveaux, physique, émotionnel et vibratoire.

Si faire réaliser un tsuboniwa dans votre jardin vous attire contactez-moi… Je réalise également des espaces de plus grande taille, jardins japonais traditionnels ou contemporains, voire à visée thérapeutique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *