Formations non ouvertes aux professionnels du jardin en France

« Le message que je vous envoie est simple !
Prenez soin de vous !
Il y a des passages difficiles parfois mais s’il en est, c’est que c’est inscrit dans votre programme de vie.
Tout est en perpétuelle transformation !
Accepter ce que l’univers vous demande, pour votre évolution !
Faites vous confiance !
Soyez doux avec vous-même, soyez courageux, soyez audacieux !
Les astres sont bienveillants et votre âme à besoin d’être nourrie pour grandir !
Lâcher prise est souvent salutaire ! »
– Pascale Ménardy

         Un principe que je connais bien maintenant… Le nouveau ne peut pleinement se manifester que dans le cas où on lui fait de la place, il est donc nécessaire de savoir dire NON à certaines choses pour pouvoir dire OUI à d’autres !

La sincérité étant un gage de bonne santé, je vous informe donc que pour diverses raisons – mais essentiellement celle d’en finir définitivement avec les indélicatesses, manipulations, jalousies envieuses, mesquineries et bassesses en tout genre de la part de certain(e)s – ainsi que dans une perspective d’évolution et de toujours plus de beauté et d’authenticité, les cours, ateliers et stages de taille japonaise et création de jardins japonais proposés par l’ Académie « Sublime SUKIYA » seront désormais fermés aux professionnels du jardin en France (à quelques exceptions près, comme les arboristes grimpeurs ou quelques rares autres dont le cas sera étudié avec le plus grand soin…).

Ces formations existent maintenant exclusivement pour les amateurs passionnés de style SUKIYA dans le cadre des formations techniques et esthétiques, pour les stages d’hortithérapie (Niwathérapie©) et de méditation en mouvement (Niwadō©), ainsi que pour les professionnels de la relation d’aide dans les formations d’hortithérapeutes, en tant que « supports du métier ».

Stages taille japonaise et création de jardins japonais - Frederique Dumas www.japanese-garden-institute.com www.frederique-dumas.com

                Yuji Matsuura©

Ouvrage « Niwaki et jardins japonais » – Qu’on se le dise…

 » Ose mener la vie que tu te crées…
N’écoute ni les conseils, ni les critiques !
Car vivre, c’est prendre le risque de déplaire ! … « 

        Je souhaite profiter de l’avis récemment exprimé par un chroniqueur du monde du jardin sur mon ouvrage Niwaki et jardins japonais – créer des reflets de nature pour clarifier mes motivations au cas où elles ne seraient pas encore tout à fait claires… parce qu’apparemment, elles ne le sont pas encore suffisamment pour certains. Et en profiter pour le remercier tout spécialement pour son analyse. Effectivement, ce monsieur a mis exactement le doigt dessus, cet ouvrage ne s’adresse pas aux « butineurs » qui virevoltent de-ci, de-là, touchant à tout, mais n’allant jamais en profondeur… Ceci me confirme une fois de plus que le but est atteint. La qualité m’importe plus que la quantité, le « japonisant » grand public ayant plutôt tendance à me rendre morbide et à me donner la nausée, le « jardin zen » à la française ne suscitant aucune véritable émotion en moi, ils n’étaient évidemment pas l’objectif visé. Je laisse ceci à d’autres…!

A la différence d’une personne qui enseigne cet art, ce monsieur ne peut évidemment pas savoir que les amateurs de jardins japonais sont intéressés, voire très friands du nom originel de tout ce qui les composent, ainsi que de leur écriture en idéogrammes qui en donne toute la dimension poétique, la langue japonaise étant très imagée… et la puissance d’une image n’est jamais à négliger. Quant à la compréhension du terme shibui, elle signifie effectivement « la culture du peu » telle que je l’ai définie, mais non celle de « l’édulcoré »… Il s’agit bien au contraire d’aller à l’essence de chaque chose.

Et pour ce qui est de mon éditeur EYROLLES, voici comment il se définit : « Des contenus de référence pour un public exigeant et désireux d’approfondir ses connaissances ». Je crois que tout est dit.

Alors, c’est plutôt extra ! Grâce à cette critique, tous les amateurs et passionnés de niwaki et de jardins japonais, tout ceux que le style SUKIYA fait vibrer, tout comme les néophytes animés d’une réelle volonté d’apprendre, sont maintenant assurés de pouvoir trouver dans ce livre tout le nécessaire pour assouvir pleinement leur passion !
Et tous leurs magnifiques et enthousiastes retours me le confirment…!

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Livre « Niwaki et jardins japonais » – on en parle…

         J’ai pour habitude d’exprimer ma gratitude en saluant les citations de mon ouvrage « Niwaki et jardins japonais – créer des reflets de nature » paru aux Editions EYROLLES, lorsqu’elles ont lieu dans divers magazines papier ou en ligne sur Internet. Un grand MERCI à tous !

Mars 2017 – Le télégramme de Landerneau

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Avril 2017 – Côté Maison

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Avril 2017 – PromoJardin

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Jardins japonais – purisme, authenticité, perfection …

        Ces trois définitions caractérisent principalement ma vision du jardin japonais : purisme, authenticité et perfection.

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Si l’on ouvre un dictionnaire, on y lira que le purisme correspond au désir de respecter dans les moindres détails les principes d’un art. Toutefois, ceci n’exclue pas, pour moi, l’évolution et/ou l’emprunt, à partir du moment où ils s’inscrivent dans ses principes de base.
L’authenticité, elle, définie le caractère de ce qui est exact, originel, sincère, une vérité qui ne peut être contestée.
Quant à la perfection, elle correspond à l’état de quelque chose qui est parfait en son genre, une qualité de l’esprit portée au plus haut degré, l’atteinte d’un idéal, sans tomber dans ses côtés pervers.

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Alors, n’en déplaise à certains, c’est comme cela… tout simplement parce que c’est ma Voie, mon chemin de Vie, un choix véritable qui me plaît au plus haut point. Je suis « tombée dedans » alors que j’étais une toute petite fille âgée d’à peine quatre ans…
Je n’oblige personne à adhérer, et ne cherche pas non plus à convertir, je ne souhaite pas non plus perdre mon temps à « discutailler », chacun considérant ce qu’il perçoit comme l’unique point de vue valable. Je m’exprime simplement sur ce qui me bouleverse, me fait vibrer, suscite de l’émotion en moi… Je partage ce que j’apprends régulièrement à la source auprès de spécialistes japonais parce que cela m’enthousiasme.
Après, chacun fait comme il a envie, sincèrement tant que cela ne nuit à personne, cela m’importe guère. Si une personne a envie de qualifier sa création de « jardin japonais » parce qu’elle y a seulement placé une lanterne, un arbre taillé et quelques pas de pierres, c’est son affaire, pas la mienne. Si cela suffit à la satisfaire… nous n’avons tout simplement pas les mêmes valeurs.

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Maintenant, qu’est-ce qui fait que mon choix en insécurise autant certains, qu’est-ce qui fait qu’ils se sentent aussi menacés, créant parfois des réactions assez disproportionnées, je ne sais pas… je n’ai pas les réponses pour eux, mais, je dois le dire, c’est assez stupéfiant et plutôt amusant !

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Merci à Kanetsuna san pour toute cette beauté…

Livre « Niwaki et jardins japonais » – on en parle…

        La gratitude ouvrant la porte à la richesse de la vie, il me paraît important de saluer la citation de mon ouvrage « Niwaki et jardins japonais – créer des reflets de nature » paru aux Editions EYROLLES, lorsqu’elle a lieu dans divers magazines papier ou en ligne sur Internet.

Cette fois-ci, il s’agit du blog « Le bonheur est dans le jardin » d’Isabelle BOUCQ, qui regroupe toutes les news concernant l’emploi du jardin et du jardinage comme support de soin. Un grand MERCI !

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Livre « Niwaki et jardins japonais » – on en parle…

        Comme je l’ai déjà dit, la gratitude ouvrant la porte à la richesse de la vie, il me paraît important de saluer la citation de mon ouvrage « Niwaki et jardins japonais – créer des reflets de nature » paru aux Editions EYROLLES, lorsqu’elle a lieu dans divers magazines papier ou en ligne sur Internet.

Décembre 2016 – Le journal des femmes

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Janvier 2017 – Le journal de Saône et Loire

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Janvier/Février 2017 – Architectures à vivre

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Lettre ouverte aux « outragés »…

         Lorsque l’enseignement est notre Voie, et plus particulièrement celui d’une discipline pratiquée dans un pays lointain, avec une toute autre culture, tout en essayant de toucher toujours plus au coeur de cette pratique afin d’en communiquer l’essence, l’esprit, pour que les passionnés puissent tendre vers des réalisations les plus authentiques possibles, on ne peut que susciter des « grincements de dents » auprès de certains qui s’y adonnent de manière plus superficielle…
De plus, en tant qu’enseignant(e), notre oeil va être immédiatement focalisé sur le point faible, sur ce qui demande correction. Et qu’elle que soit la manière dont nous l’exprimerons, les autres, qui se sentiront concernés, se sentiront également obligés de prendre cette critique personnellement…. alors que ceci n’a rien de personnel.

Alors oui, je fais des croquis ou des dessins pour démontrer certaines choses et enseigner ce qu’il convient de faire, en m’inspirant de clichés ou autres que je peux voir circuler sur Internet ou ailleurs, de ce que m’envoient mes élèves… sans chercher plus avant qui en est l’auteur. Je ne nomme personne. Et je fais même des compliments sur ce qui le mérite ! Si après, certains semblent y reconnaître leur travail et leurs impairs… je n’ai pas de contrôle sur leurs sensations. Ces personnes devraient plutôt en profiter pour s’améliorer, puisqu’elles prétendent faire de l’authentique jardin japonais. Ce serait tellement plus productif. Nous apprenons tous de nouvelles choses chaque jour, nous pouvons toujours faire mieux et ceci jusqu’à la fin de notre vie.

ardeche niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsuboniwa jardin shizen no sei hortitherapie niwatherapie jardins japonais thérapeutique

Alors à ceux qui m’envoient des lettres ouvertes par tous les biais possibles – au cas où je la raterai (lettre dont je n’ai lu que les trois premières lignes parce que cela ne donne vraiment pas envie d’aller plus loin…), il serait temps qu’elles prennent conscience qu’elles obtiennent en fait l’inverse de l’effet escompté. En me nommant, ainsi que la page précise de mon livre, ces personnes insistent plutôt sur leurs erreurs, et font en même temps de la publicité pour mon ouvrage, donnant évidemment envie à d’autres d’aller voir… Je ne pense pas que ce soit le but recherché, non ? Alors qu’en temps normal, personne n’aurait rien vu !

Ah… quand l’ego gouverne ! Dommage….

Alors, je l’ai déjà écrit, mais je vais le répéter ici encore une fois. Le «T’as tort, j’ai raison», ce n’est pas mon truc. Que d’énergie perdue ! J’écris uniquement pour ceux qui partagent mon ressenti et ma vision des jardins japonais, qui trouvent du plaisir et de l’intérêt à me lire, qui ont envie d’en apprendre toujours plus sur le sujet. Pas pour les autres. Sincèrement, je ne m’occupe pas de ce que font les autres professionnels (sauf quand cela me permet d’étayer mon enseignement auprès de mes élèves et lecteurs), pas par manque d’intérêt, mais parce que j’ai trop à faire déjà avec moi et tout ce que je désire accomplir. Beaucoup trop occupée à tracer ma route et à exprimer mes dons et talents spécifiques !

L’académie « NIWAKI Inspiration ZEN » change de nom !

        Notre vie est ponctuée de tournants majeurs… Il en est de même pour une activité professionnelle surtout lorsqu’elles sont si intimement liées, et il est important de reconnaître ces moments pour ce qu’ils sont et de faciliter leur mise-en-place. Même si ce n’est pas toujours chose aisée… Toujours dans une dynamique d’évolution et à la recherche de l’excellence, cet espace d’enseignement a déjà mis en place depuis sa création divers changements significatifs.

Rassurez-vous, même si le terme « niwaki » n’y apparaît plus, les stages de création les concernant sont maintenus, continuant également et bien évidemment leur propre évolution, bénéficiant de ma formation en continue auprès de plusieurs maîtres de jardins au Japon.

Toutefois, compte tenu de l’emploi très galvaudé du mot « zen » en occident, de la création d’une activité paysagère au travers de la réalisation de tsubo-niwa – pouvant être à vocation thérapeutique, des stages proposés ou en cours de développement, d’une recherche toujours plus poussée sur l’âme du jardin japonais et de mon niveau de compréhension à ce sujet… ce nom de départ ne correspond plus aujourd’hui à l’intégralité de mes activités et à ce que je souhaite exprimer, dans une quête toujours plus poussée d’authenticité et de vérité.

L’académie « NIWAKI Inspiration ZEN » change donc de nom et devient l’Académie « Sublime SUKIYA ».

japon2016-16

En fait, le véritable jardin japonais est caractérisé par un style de vie très particulier, le style SUKIYA, tout en harmonie avec la nature, où le jardin et l’habitation ne font qu’un, l’un se prolongeant dans l’autre et le second étant une continuité évidente du premier. Il s’appuie sur l’utilisation quasi-exclusive de matériaux nobles et naturels – ce qui en France, je ne vous le cache pas, s’avère être un parcours semé d’embûches, champions que nous sommes des résines et autres matériaux reconstitués ! – pour des créations ayant une âme puisque réalisées à la main par des artisans selon des techniques japonaises mises au point depuis des générations. Ces différents critères, dans une recherche d’équilibre en tout et notamment entre les zones d’ombre et de lumière, donne un résultat élégant et raffiné, respectueux de nos besoins, donc propice à la quiétude et au repos (Si vous désirez en savoir plus à ce sujet, je vous encourage à lire mon dernier ouvrage « Niwaki et jardins japonais – créer des reflets de nature » paru aux Editions EYROLLES).

Un environnement naturel sublimé par la main et l’imagination de l’homme…

sjnt2016-5