Frédérique DUMAS Landscape – Création de tsuboniwa

        Ceux qui me connaissent ou qui ont lu mes ouvrages savent déjà que depuis toute petite, la nature me ravit, m’habite, telle une passion vibrante. A l’âge de quatre ans, je passais la majeure partie de ma promenade hebdomadaire dans le magnifique jardin public de la ville que j’habitais alors, à admirer et écouter une minuscule cascade nichée dans la verdure, dont le filet d’eau chantant et scintillant s’écoulait entre de grosses pierres plates. A quinze ans, je passais mon temps libre dans la nature, à rechercher de magnifiques spécimens pour la culture bonsaï. Tout naturellement, des études d’Agronomie sont venues compléter cette passion et m’ont permis d’acquérir de solides bases sur le fonctionnement et le développement des végétaux.

Quelques années plus tard, la découverte, puis la compréhension et l’expérimentation des principes énergétiques, ont mis en lumière ce que j’avais pu ressentir jusqu’alors dans ma relation à la nature. Elles m’ont permis d’appréhender la puissance de leur pouvoir de participation à notre bien-être et de création de l’harmonie en nous-même et autour de nous. La nature est un monde pur, simple où nous pouvons prendre le temps de vivre…

Ces dernières années, je suis partie me former au Japon, auprès de grands professionnels, m’immerger dans toute cette beauté… Et je souhaite bien évidemment, vous en faire profiter.

De ces constats, est né le désir d’offrir un lieu où trouver les moyens de renouer les liens de cette relation originelle avec la nature, source de bonheur et de quiétude intérieure. C’est ainsi que naquit l’Ecole « NIWAKI Inspiration ZEN », au sein du Jardin « Shizen no sei tei-en », dispensant des stages de création de niwaki, puis tout naturellement quelques années plus tard, des stages de création de jardins japonais, dans un cadre uniquement technique, mais également et surtout en tant que Voie de réalisation intérieure.

Tout naturellement également, certaines personnes commençèrent à me demander si je créais des jardins et ma passion pour les tsuboniwa, ainsi qu’un sentiment de totale plénitude ressenti à la création et à la réalisation de ces minuscules points de nature ont fait le reste…

Les plus magnifiques jardins, les plus vibrants naissent d’une intention commune entre le propriétaire du jardin et son créateur. Ma vision du jardin japonais, même si elle s’appuie sur des traditions ancestrales, est tout à fait unique, l’expression de mon propre style. Pour moi, l’important entre deux personnes est leur aptitude à pouvoir communiquer. Avec un esprit de paix, de respect… Et pour que ces personnes puissent communiquer, comme il est dit au Japon, l’essentiel est dans leur respiration. Bien évidemment, il convient de comprendre le mot respiration à un second degré. On pourrait ainsi parler « de longueur d’onde similaire », « d’entente », « de communion » ou encore « d’être à l’unisson », qui se traduit poétiquement en japonais par « le coeur qui fond dans l’univers »… Mais au premier degré, chacun doit savoir, physiquement, maîtriser sa respiration, être à l’écoute de son monde intérieur, ce qui a pour effet de lui permettre d’être dans un état disposé d’ouverture d’esprit vers Tout ce qui l’entoure…

Tout au long de sa très longue histoire, le jardin japonais a évolué selon toute une variété de formes. L’un d’eux, très connu, est le tsuboniwa, qui signifie un jardin clos de différentes manières que l’on peut rencontrer dans une maison ou un temple, formant un tout petit espace séparé du monde extérieur.

Les tsuboniwa doivent leur incomparable beauté à des techniques léguées par les générations successives de paysagistes depuis la période Heian, et à leur volonté constante d’apprendre de la sensibilité esthétique de chaque nouvelle ère. Comme le jardin est créé au sein du bâtiment lui-même, la beauté artisanale des matières premières du bâtiment en contact avec lui sera incontournable. Chaque avant-toit, lambris, shoji, fenêtre, mur, pilier, véranda ouverte et couloir, interagissent de manière complexe avec les constituants du jardin, comme le kutsu nugi ishi (l’énorme pierre où on enlève ses chaussures, placée devant l’engawa ou la véranda), les pas, le bassin, la lanterne de pierre et les plantes soigneusement entretenues, le tout arrangé dans le but de créer un univers exquis en miniature.

Le tsuboniwa peut se décliner sous différents aspects et formes. Etre réalisé dans l’esprit d’un jardin de thé ou chaniwa, remplir la fonction de jardin d’accueil ou mae niwa, à l’entrée d’une maison ou genkan no niwa, sans relief ou hiraniwa, installé tout en longueur sur un côté ou sokutei, minuscule ou koniwa, un jardin sec ou karesansui, à l’intérieur ou nakaniwa

Mais l’important reste que chaque personne qui a pénétré dans un tsuboniwa au moins une fois dans sa vie se souviendra toujours et encore de l’air humide parfumé de la fragrance des mousses qui flottait dans la pénombre, de la pluie ou du vent, d’une poussière de neige ou des arbres brillants dans la lumière du soleil … Le temps d’un rafraîchissement spirituel, passé dans un petit coin de nature, protégé de la vie trépidante de la ville, en compagnie constante de la poésie des phénomènes naturels. Pas de doute, le tsuboniwa est précisément le type d’espace essentiel à une vie saine et équilibrée, à tous les niveaux, physique, émotionnel et vibratoire.

Si faire réaliser un tsuboniwa dans votre jardin vous attire, contactez-moi

Développement personnel – Réussir une union

frederique dumas loi d'attraction développement personnel

        Pour pouvoir réussir une union, il est primordial d’aimer l’autre profondément, et de savoir pourtant qu’on ne le possède nullement. D’être conscient que l’autre suit son propre chemin et que cette union fait partie du voyage que l’autre et nous-même avont entrepris, tout en étant reconnaissant de pouvoir partager de nombreuses choses…

Il est souvent nécessaire d’avoir eu à vivre de nombreuses autres relations au préalable, où l’on a connu d’amères déceptions pour apprendre à aimer une autre personne sans éprouver le besoin de la contrôler ou de ressentir le besoin de se venger si elle ne se comporte pas comme on le voudrait. On peut ainsi permettre à la personne que l’on aime d’être, tout simplement, même si sa façon d’être est diamétralement opposée à la nôtre, ou même si l’on préfèrerait qu’elle soit autrement.

Telle est l’essence d’une relation basée sur l’amour. La capacité de pouvoir s’exprimer sur ce qui ne nous convient pas sans porter de jugement à propos de la façon dont nous estimons que l’être aimé devrait mener sa vie et la capacité d’aimer cette personne telle qu’elle est, est un exercice majeur pour parvenir au détachement. Ne pas porter de jugement signifie respecter le besoin et le droit de l’autre de suivre son chemin conformément à ses propres directives intérieures, sans s’en mêler. Cela signifie également respecter notre propre besoin et notre droit de ressentir ce que nous ressentons, sensation bonne ou mauvaise. C’est un amour inconditionnel envers nous-même et envers l’être que l’on chérit. Dans ce cas, aucun des deux n’a tort ou raison. On ne cherche plus à combattre les différences, au contraire.

On peut ainsi accepter que nous ne sommes pas tenus de nous faire plaisir en tout temps, ni toujours obligés de nous comprendre. Cela permet d’apprécier sincèrement les qualités contraires aux nôtres que nous pouvons rencontrer chez l’autre. Nous n’éprouvons plus le besoin de changer l’autre et si cela nous arrive, nous cherchons plutôt immédiatement ce que ce désir de la changer nous révèle à propos de nous-même…

Formation d’hortithérapeutes quantiques

frederique dumas loi d'attraction développement personnel

        Devant une demande grandissante, je vous informe que je vais mettre en place très rapidement, à partir de Janvier 2013, un cursus de formation, pour devenir hortithérapeutes quantiques.

Certains d’entre vous m’en ont déjà fait la demande à plusieurs reprises et ont donc participer à ma décision concernant cette mise-en-place. Je leur exprime toute ma gratitude et leur dit très chaleureusement MERCI !

Vous serez bien évidemment informés au fur et à mesure de la mise en place de ces deux cursus de formation. La période hivernale sera consacrée à l’étude des outils du métier, alors que la période estivale sera consacrée à l’étude des supports de travail, dans le premier cas le végétal et le jardin, et dans le second cas le cheval. Je vous invite à me contacter pour plus de détails, si cette perspective vous intéresse.

« Un thérapeute ne guérit pas : il laisse la guérison se faire. Il peut indiquer les ténèbres mais il ne peut pas apporter la lumière de lui-même, car la lumière n’est pas de lui. Or, étant pour lui, elle doit être aussi pour son patient. Le Saint-Esprit est le seul Thérapeute. Dans toute situation où Il est le Guide, Il rend la guérison très claire. Tu ne peux que Le laisser remplir Sa fonction. Il n’a pas besoin d’aide pour cela. Il te dira exactement quoi faire pour aider qui que ce soit qu’il envoie à toi pour être aidé, et Il lui parlera par toi si tu n’interfères pas. »
(Texte 9.V.8) – Un cours en miracles

Développement personnel – Tout conflit est un appel à l’amour…

frederique dumas loi d'attraction développement personnel

« Le Saint-Esprit ne veut pas que tu comprennes le conflit. Il veut que tu te rendes compte que, parce que le conflit est in-signifiant, il n’est pas compréhensible. Comme je l’ai déjà dit, comprendre amène à apprécier, et apprécier amène à aimer. Rien d’autre ne peut être compris parce que rien d’autre n’est réel et donc rien d’autre n’a de signification. »
(Texte 7.VI.6) – Un cours en miracles

Aujourd’hui, je vais reprendre le post d’une amie, Michèle MONTAGNON, parce qu’il était le produit d’une telle synchronicité, que cela en était fascinant et merveilleux…!
« Tout conflit est un appel à l’amour » si l’auteur m’est inconnu, je pense que cette citation devrait être méditée pour nombre de personnes en situations conflictuelles, parfois dramatiquement ! Alors si on commençait par essayer de se comprendre, de s’apprivoiser, de s’aimer au lieu de se déchirer, de se détruire ?… C’est tout un mode de vie à repenser sérieusement avant de tomber dans l’abîme infernal de violence et de haine.
Que choisissez vous ? »

Et j’ajouterai : « Cela ne peut commencer qu’avec l’Amour pour Soi…! »