Le jardin japonais : une reconnexion avec la nature

      C’est vrai, je le reconnais, je me plais à vous le répéter inlassablement… ! Mais, il s’agit d’une notion primordiale, le jardin japonais est le plus bénéfique des jardins car il se veut le plus pur reflet de la nature…

Ce type de jardins, que l’on qualifie au Japon de style SUKIYA, est parfaitement adapté à nos besoins humains et à la vie trépidante à laquelle notre société nous a contraints et accoutumés.

L’homme et la nature sont indissociables… Et oui ! La majeure partie d’entre nous l’a oublié. Il en est de même pour la majeure partie des amoureux de jardins japonais. Même parmi ces personnes, cet oubli génère la création d’espaces qui sont souvent le résultat de l’obsession de la forme plutôt que de l’essence même de ce type de jardins.
Ce genre d’espaces à vivre de style SUKIYA commence non pas avec le choix de certains objets ou matériaux physiques, mais avec un engagement à vivre en harmonie avec la nature à tous les niveaux possibles.
Si cette harmonie avec la nature a pu être totalement intuitive pour nos ancêtres, l’accent de la société moderne sur le matérialisme et la gratification instantanée a totalement obscurci la poursuite de l’unité avec l’environnement naturel universel.

Taille japonaise Niwaki Art thérapie Méditation Magazine Jardins zen Jardins japonais Outils japonais de taille

La compréhension de l’architecture des jardins de style SUKIYA ne s’apprend pas dans les livres. Elle se vit, elle s’expérimente. Seule cette voie peut aboutir à une acquisition instantanée de chaque notion qui les compose.
L’attention au détail, la création par les mains et la compréhension de l’espace nécessitent d’apprendre et de cultiver l’humilité et la patience, mais c’est l’unique moyen de devenir un expert. Les pâles imitations échoueront toujours à inspirer parce qu’elles ne sont que des formes vides sans essence.
Les espaces de style SUKIYA sont des métaphores de notre relation avec la nature. Les possibilités de création s’étendent à l’infini, mais toutes nous obligent à cultiver notre pensée loin du monde matérialiste, vers une compréhension plus profonde de notre indissociabilité avec la nature.

4 réponses sur “Le jardin japonais : une reconnexion avec la nature”

  1. Merci Frédérique de ce bel article très inspirant. Il s’accorde avec la nature humaine et l’harmonie que l’on peut créer et trouver en soi. Cette harmonie intérieure dont, comme vous le dites pour vos jardins SUKIYA, la compréhension ne s’apprend pas dans les livres. Elle se vit, elle s’expérimente, pour être intégrée. Et c’est ce qui fait toute la différence ! Je vous souhaite un très bel été.

  2. Merci pour votre enthousiasme, Michèle…! Un très bel été à vous également.

  3. Depuis aussi loin que je m’en rappelle, lorsque l’on me demandait ce que je voulais faire de ma vie je répondais: « Je veux protéger la Nature! », puis à l’adolescence: « Je veux reconnecter l’Homme et la Nature ».

    J’ai tout d’abord voulu me diriger vers les métiers de la forêt puis, je me suis retrouvé en formation Travaux Paysagers. Au début je voyais dans le jardin une forme loin de la nature. Au cours de ma formation j’ai dû choisir un style de jardin pour l’exposer à tout le monde. J’ai choisi le jardin Japonais, ou devrais-je dire: les jardins japonais.

    Quelques années plus tard, versant mon temps libre dans l’étude des spiritualités du monde, j’ai fais la rencontre d’un couple de vieux moines zen. Et ainsi, j’ai commencé à pratiquer zazen, »être simplement assis ». Ainsi je me suis reconnecté avec la Conscience.

    Comme Frédérique le dit si bien: « La compréhension de l’architecture des jardins de style SUKIYA ne s’apprend pas dans les livres. Elle se vit, elle s’expérimente. »

    Plus qu’une philosophie, la pratique de la méditation nous permet de vivre notre interdépendance avec la Nature et nous procure une respiration saine!

    Merci Frédérique d’exprimer si justement l’essence de cet art de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *