Le jardin japonais : une reconnexion avec la nature

      C’est vrai, je le reconnais, je me plais à vous le répéter inlassablement… ! Mais, il s’agit d’une notion primordiale, le jardin japonais est le plus bénéfique des jardins car il se veut le plus pur reflet de la nature…

Ce type de jardins, que l’on qualifie au Japon de style SUKIYA, est parfaitement adapté à nos besoins humains et à la vie trépidante à laquelle notre société nous a contraints et accoutumés.

L’homme et la nature sont indissociables… Et oui ! La majeure partie d’entre nous l’a oublié. Il en est de même pour la majeure partie des amoureux de jardins japonais. Même parmi ces personnes, cet oubli génère la création d’espaces qui sont souvent le résultat de l’obsession de la forme plutôt que de l’essence même de ce type de jardins.
Ce genre d’espaces à vivre de style SUKIYA commence non pas avec le choix de certains objets ou matériaux physiques, mais avec un engagement à vivre en harmonie avec la nature à tous les niveaux possibles.
Si cette harmonie avec la nature a pu être totalement intuitive pour nos ancêtres, l’accent de la société moderne sur le matérialisme et la gratification instantanée a totalement obscurci la poursuite de l’unité avec l’environnement naturel universel.

Taille japonaise Niwaki Art thérapie Méditation Magazine Jardins zen Jardins japonais Outils japonais de taille

La compréhension de l’architecture des jardins de style SUKIYA ne s’apprend pas dans les livres. Elle se vit, elle s’expérimente. Seule cette voie peut aboutir à une acquisition instantanée de chaque notion qui les compose.
L’attention au détail, la création par les mains et la compréhension de l’espace nécessitent d’apprendre et de cultiver l’humilité et la patience, mais c’est l’unique moyen de devenir un expert. Les pâles imitations échoueront toujours à inspirer parce qu’elles ne sont que des formes vides sans essence.
Les espaces de style SUKIYA sont des métaphores de notre relation avec la nature. Les possibilités de création s’étendent à l’infini, mais toutes nous obligent à cultiver notre pensée loin du monde matérialiste, vers une compréhension plus profonde de notre indissociabilité avec la nature.